Page d'accueil | Page précédente

Sommaire / Concours et formation / Concours de Recrutement des Professeurs des Ecoles / Ancien concours / 2 - Cours








L'écrit de recherche à l'école primaire, le cahier de recherche pour soi

mercredi 24 novembre 2004


DANS LA MEME RUBRIQUE :
La matière 1 : Synthèse Synthèse sur l'amphi 1 - Ph. Germain.
La matière 1 : transparents Amphi-1 - Ph. Germain.
La matière 2 : transparents Amphi 2 - Ph. Germain
La Mesure Amphi 2 - Ph. Germain
Les Sciences à l'école, J-P. Bonan 
Technologie à l'école primaire - Les réalisations techniques : systèmes de transmission et transformation de mouvement (les mécanismes) Amphi Technologie, Christophe Le François


Nous débattons régulièrement du statut de la trace dans le cadre des enseignements scientifiques et technologiques, et l'idée du "cahier de recherches pour soi" est souvent avancée. Voici cette proposition développée plus précisément.



À la demande des enseignants, les élèves réalisent différents types de traces écrites et graphiques : des recueils de représentations, des exercices, des évaluations... Chacun d'eux à un statut défini et répond à un besoin particulier.

Mais comment mobiliser les élèves sur les productions de textes et de schémas qui accompagnent nécessairement les investigations scientifiques et technologiques ? Mais aussi, comment relancer des élèves en panne d'écriture dans des activités de production d'écrits ? Enfin, comment établir un lien entre l'activité scolaire et les activités de recherche réelles ?

Le "cahier de recherches pour soi" proposé ici est un cahier dans lequel on demande à l'élève :
-  D'inscrire des notes pendant les recherches qu'il mène (du texte, des dessins).
-  De coller des échantillons de ses productions.
-  D'inscrire des questions qui le préoccupent.

Les informations et questions récoltées pendant la recherche serviront ensuite pour la rédaction des synthèses (bilan collectif de la recherche menée ; article pour le journal scientifique de la classe ou de l'école ; affiches de synthèse pour la classe ou pour une exposition).

Il correspond à l'existence des pratiques de recherches réelles (des pratiques sociales de références) :
-  L'ingénieur qui inscrit des idées dans un carnet (pensez aux carnets de l'ingénieur ; voir à ce sujet le catalogue de l'exposition "les ingénieurs de la renaissance ; de Brunelleschi à Léonard de Vinci". Auteur Paolo Galluzzi, La Cité des Sciences et de l'Industrie, 1995) ;
-  Le scientifique qui annote dans un cahier (appelé communément "cahier de paillasse") le déroulement d'une expérience et des commentaires (pensez au journal de Marie Curie).
-  L'artiste qui inscrit ses projets et ses réflexions (pensez au "Journal" de Paul Klee).

L'exemple que j'utilise le plus souvent est celui des carnets de Leonard de Vinci : on y trouve pèle-mêle des schémas techniques, des croquis artistiques, des études anatomiques, des notes philosophiques, esthétiques et scientifiques.

Cet exemple correspond d'un côté à la figure de la Renaissance (personne cultivée s'intéressant à différents domaines) ; il pointe la situation réelle de l'élève qui n'est pas placé dans une logique disciplinaire (mais dans celle de " découvrir le monde ") ; il indexe l'idéal que l'on vise au travers de la formation des élèves : une personne qui réfléchit à différents domaines de la culture.

Le "cahier de recherches pour soi" est pluridisciplinaire. Il évite la multiplication des cahiers de recherches disciplinaires (en sciences, en art, en écriture, en math…). Il regroupe des jets de recherche qui correspondraient au degré zéro de la production d'un élève dans un domaine donné. Il regroupe les traces à partir desquelles on élaborera des textes de synthèse à placer, cette fois, dans des classeurs ou cahiers disciplinaires.

Il permet à l'élève :
-  De s'inscrire dans des processus de dessin, de schématisation et d'écriture exempts d'évaluation orthographique et syntaxique (elles viendront ensuite sous d'autres formes, lorsque l'on produit des synthèses collectives, des affiches ou encore des articles pour le journal scientifique de l'école par exemple).
-  De conserver des traces du travail mené d'une séance à l'autre, d'un dispositif d'apprentissage à l'autre, d'une année à l'autre.

Le cahier de recherches pour soi constitue un espace réservé à l'élève. Différents collègues l'ont expérimenté en classe. Ils disent que les élèves se l'approprient sans difficulté. Ils disent également que les élèves en panne d'écriture trouvent là un support susceptible de les relancer dans la production d'écrits.

Christophe Le François

Texte repris le 19-07-10